Appel à Action 2018

TROP c’est TROP:
Cassons le pouvoir de l’industrie fossile!

L’extraction de gaz naturel laisse des traces profondes à Groningen. Les tremblements de terre causés par l’extraction ont endommagé des dizaines de milliers de maisons et de bâtiments, parfois déclarés inhabitables. Les habitant.e.s luttent depuis des années pour obtenir une compensation financière et l’arrêt de cette extraction gazière, et endurent, en plus des dommages physiques, des dommages psychologiques considérables.

Dans le même temps, tant le gouvernement néerlandais que l’entreprise exploitant le site (la NAM, joint-venture entre Shell et Exxon) refusent de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre le changement climatique. Shell et Exxon, soutenues par l’État néerlandais, font tout pour éviter de payer des compensations et préserver leurs profits. Bien que le gouvernement à La Haye ait enfin admis la nécessité de mettre fin à l’extraction de gaz, la lutte est loin d’être terminée. Le gaz doit rester sous terre pour préserver la région de Groningen, et pour le climat en général – non pas à partir de 2030 comme promis par le gouvernement, mais si tôt que possible !

Ce qui se passe à Groningen depuis des années reflète les pratiques de l’industrie fossile partout dans le monde. Dans toutes les zones d’extraction des énergies fossiles, les populations locales et les écosystèmes sont négligés. En attendant, la température moyenne mondiale a déjà augmenté d’un degré Celsius à cause des activités humaines, et les conséquences de ce réchauffement vont aller s’aggravant partout sur Terre. Des vies humaines sont détruites, et de plus en plus d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction. Les conditions sociales, économiques et politiques se dégradent tandis que les tensions géopolitiques s’accroissent.

Pendant des décennies, l’industrie fossile a activement nié sa responsabilité dans le changement climatique, n’hésitant pas à diffuser de fausses informations. Il est temps pour les gouvernements et les entreprises de s’engager pour arrêter la destruction du climat. Le gaz naturel n’est absolument pas une « énergie de transition », comme on entend souvent. Il est une énergie fossile, au même titre que le pétrole et le charbon. Le gaz fait partie du problème, pas de la solution.

L’exploitation sans scrupules de la nature est rendue possible par la conjugaison de plusieurs facteurs –entre autres, les politiques néo-libérales, les accords de commerce injustes, les inégalités croissantes entre et au sein des pays – qui conduisent à favoriser les intérêts privés sur les biens collectifs et publics. Le changement climatique résultant de la combustion d’énergie fossile menace les personnes qui ont le moins contribué à cet état de fait. Ce système, qui tolère les injustices massives et n’écoute pas la voix de la société civile, doit prendre fin.

Nous exigeons donc que le gouvernement, la NAM, Shell et Exxon prennent enfin leurs responsabilités, pour Groningen et pour le climat. Des promesses de long terme ne résoudront pas les tremblements de terre et le dérèglement climatique qui affectent actuellement les populations. Des mesures drastiques et immédiates sont nécessaires : l’extraction de gaz doit diminuer beaucoup plus rapidement qui ce qui est préconisé, et la NAM, Shell et Exxon doivent dédommager les victimes de façon équitable. A priori, le gouvernement, la NAM, Shell et Exxon n’ont nullement l’intention de répondre à cette demande. C’est pourquoi nous appelons à la mobilisation massive contre l’extraction de gaz naturel à Groningen le 28 août prochain. Trop c’est trop ! Ensemble, nous briserons le pouvoir de l’industrie fossile.

Nous nous mobilisons :

Pour une compensation financière juste et la fin de l’extraction gazière à Groningen

  • Le gouvernement néerlandais doit enfin donner la priorité aux besoins des personnes qui souffrent de l’extraction de gaz

  • L’extraction de gaz de Groningen doit cesser plus vite qu’annoncé

  • La NAM, Shell et Exxon doivent compenser à leur juste valeur les dommages qu’elles ont causés et contribuer à la rénovation des maisons et bâtiments publics

  • La loi sur l’extraction minière ne doit pas être contournée ou changée pour permettre à la NAM, Shell et Exxon d’échapper à leur devoir de dédommagement

Pour une énergie véritablement durable

  • Des mesures drastiques doivent être prises pour arrêter la consommation de gaz.

  • Des solutions véritablement durables doivent se substituer au gaz produit à Groningen. Il ne faut surtout pas le remplacer par du gaz provenant de Russie, d’autres champs gaziers plus petits, ou d’exploitations pratiquant la fracturation hydraulique

  • Le pouvoir de décision sur les politiques énergétiques doit être entre les mains des citoyens et des consommateurs plutôt que des entreprises privées

Pour une transition équitable

  • Des investissements doivent être réalisés en faveur d’une énergie durable et d’emplois locaux

  • Un fonds de transition doit être mis en place pour les personnes qui perdront leur emploi suite à la fermeture de l’exploitation

  • Les coûts de la transition doivent être prioritairement portés par les grandes entreprises et les plus riches, plutôt que par les classes moyennes et les plus pauvres

Pour un monde juste

  • Pour une économie équitable et soutenable qui respecte la vie de notre planète

  • Les Pays-Bas doivent reconnaître leur dette écologique historique et payer une juste contribution pour combattre le changement climatique et l’injustice climatique.

Cet appel à action a été publié en néerlandais le 9 juin 2018, puis traduit et adapté en français. La version originale a été rédigée par le groupe de travail « Media et Communication » de Code Rood, avec l’input des autres groupes de travail. Une première version a été discutée lors de la conférence d’action le 6 mai 2018, puis les commentaires ont été intégrés pour améliorer le document. Plus d’informations sur le gaz et le contexte de l’exploitation à Groningen sont disponibles (en français) ici.

Les organisation et groupes suivants soutiennent cet appel (la vôtre aussi?):